ePrivacy and GPDR Cookie Consent by TermsFeed Generator

Prévisions météo

Pour accéder aux détails des prévisions météo, veuillez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site Internet.

Connexion S'inscrire
Agri72
Accueil > Actualités

L'eau d'abreuvement des bovins impose la surveillance

Delphine GROSBOIS
Le 24/01/2022 à 13:58 I Soyez le 1er à déposer un commentaire
L'eau d'abreuvement des bovins impose la surveillance

Les réunions cantonales du groupement de défense sanitaire sarthois ont débuté le 20 janvier à Saint-Vincent-du-Lorouer.

Principal aliment consommé par les bovins, l’eau d’abreuvement en élevage doit être particulièrement surveillée. Son état impacte en effet la santé et la performance des animaux. Bien que réglementairement aucune référence normée n’existe - hormis dans certains cahiers des charges comme la charte de bonnes pratiques-, elle doit être de « qualité adaptée ». «L’eau de surface, ou l’eau de rivière, dont la qualité varie, est donc inadaptée», rappelle d’emblée Magali Moreau, lors de la première réunion cantonale du GDS72, jeudi 20 janvier, à Saint-Vincent-du-Lorouer. Qu’elle provienne d’un captage privé ou du réseau d’eau potable, l’eau d’abreuvement doit faire l’objet d’analyses. « Dès le départ, les qualités bactériologiques et chimiques doivent être contrôlées, conseille la directrice technique du GDS72, ensuite seule l’analyse bactériologique est recommandée tous les ans, en variant les périodes».
En matière d’abreuvement, il n’existe «pas de solution standard». «Il y a des références, mais elles doivent être ajustées à chaque élevage», répète Magali Moreau. Concernant le débit d’eau par exemple, un flux de 12 L/minute est recommandé, s' il y a une réserve, sinon plutôt 20 L/minute. Comme ces besoins varient aussi en fonction du moment de la journée - «40% après la traite pour les VL»-, de la qualité de la ration et du stade physiologique des animaux, l’eau doit être disponible dans l’élevage. «L’objectif est que 15% des bovins puissent s’abreuver en même temps, indique Magali Moreau, il faut donc prévoir assez de points d’abreuvement dans la stabulation, à raison de 10 cm/VL ou d’un bac de 2m pour 15 VL».

La première des consignes est «d’observer les animaux pendant l’abreuvement» pour détecter des comportements anormaux. 


 

   

Ecrire un commentaire



Nom :
Prénom :
Titre :
Commentaire :
E-mail :
(Votre mail ne sera pas visible.)
Captcha :
En validant, j'accepte la charte et que mon commentaire soit publié dans Agri72.fr
DERNIERES NEWS

Conjoncture laitière

Module Vidéo
VERSION NUMÉRIQUE (RÉSERVÉE AUX ABONNÉS)
https://www.facebook.com/RGT-Conexxion-891772670976284/

La question de la semaine

Merci d'avoir répondu à la question de la semaine. Retrouvez les résultats dans la prochaine NEWSLETTER AGRI 72.

Effacer

Veuillez sélectionner votre réponse avant de valider le questionnaire.

Allez-vous renégocier vos contrats d'énergie d'ici la fin de l'année ?

Les choix
Les choix
Répondre à la question de la semaine
DÉCOUVREZ
NOS PARTENAIRES
>
|
Cliquez ici pour quitter

CONNEXION

Adresse mail et/ou Mot de passe incorrect(s).

Mot de passe oublié...

Entrez votre adresse mail, un message vous sera envoyé pour vos identifiants.

Un mail vous a été envoyé.
Vous y trouverez votre mot de passe.
Facebook twitter Youtube Dailymotion
Agri72

Agri72
9 Rue Jean Gremillon
72000 Le Mans
Téléphone : 02 43 39 38 38