ePrivacy and GPDR Cookie Consent by TermsFeed Generator

Prévisions météo

Pour accéder aux détails des prévisions météo, veuillez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site Internet.

Connexion S'inscrire
Agri72
Accueil > Actualités

Gérer le parasitisme en bâtiment

Fanny COLLARD
Le 06/01/2022 à 12:23 I Soyez le 1er à déposer un commentaire
Gérer le parasitisme en bâtiment

L'automne et l'hiver sont des périodes clé pour faire le point sur le parasitisme du troupeau laitier. L'occasion pour les éleveurs d'adapter leurs pratiques en bâtiment et de planifier la prochaine saison de pâturage.

Les éleveurs se méfient moins des parasites lorsque le troupeau est rentré en bâtimentpourtant ils sont bien présents. A l'heure où les résistances aux traitements antiparasitaires se multiplient, il est important de bien connaître leurs cycles pour les dépister au bon moment. A l'automne, un bilan de l'état général (poil, engraissement…) et une série d'analyses si besoin à la rentrée des vaches permet de faire le point. Sur génisses, les douves et paramphistomes, dont le cycle est le plus long, sont à dépister 6 semaines après la rentrée, le temps que les parasites produisent des œufs dans les bouses. « Les vaches ne peuvent pas se recontaminer en hiver mais des problèmes parasitaires peuvent ressurgir autour du vêlage, en lien avec un affaiblissement des défenses immunitaires », explique Céline Peudpièce, vétérinaire à la Chambre d'agriculture. Les adultes qui ont pâturé normalement dans leur jeunesse sont immunisés aux strongles digestifs au bout de 8 mois de pâturage.

La principale problématique en bâtiment reste la gestion des parasites des veaux : cryptosporidiose, coccidiose, strongyloïdes et trichures. « Sur des animaux de moins de 15 jours, une diarrhée peut être due à un parasite ; une analyse permet d'éviter un traitement antibiotique inutile », explique Céline Peudpièce. A 3 semaines de vie, une coprologie permet de distinguer des œufs de strongyloïdes et de coccidie, ce qui est important car le traitement antiparasitaire n'est pas le même. Une coprologie coûte entre 10 et 30 €, dont une partie peut être prise en charge par le GDS.




 

   

Ecrire un commentaire



Nom :
Prénom :
Titre :
Commentaire :
E-mail :
(Votre mail ne sera pas visible.)
Captcha :
En validant, j'accepte la charte et que mon commentaire soit publié dans Agri72.fr
DERNIERES NEWS

Le raisonnement de la fertilisation azotée du colza dans le contexte 2022

Module Vidéo
VERSION NUMÉRIQUE (RÉSERVÉE AUX ABONNÉS)
https://www.facebook.com/RGT-Conexxion-891772670976284/

La question de la semaine

Merci d'avoir répondu à la question de la semaine. Retrouvez les résultats dans la prochaine NEWSLETTER AGRI 72.

Effacer

Veuillez sélectionner votre réponse avant de valider le questionnaire.

Les prix de vente attractifs des céréales incitent les agriculteurs à vendre dès maintenant une partie de leur récolte 2022, voire 2023. Avez-vous l'intention de le faire ?

Les choix
Les choix
Les choix
Répondre à la question de la semaine
DÉCOUVREZ
NOS PARTENAIRES
>
|
Cliquez ici pour quitter

CONNEXION

Adresse mail et/ou Mot de passe incorrect(s).

Mot de passe oublié...

Entrez votre adresse mail, un message vous sera envoyé pour vos identifiants.

Un mail vous a été envoyé.
Vous y trouverez votre mot de passe.
Facebook twitter Youtube Dailymotion
Agri72

Agri72
9 Rue Jean Gremillon
72000 Le Mans
Téléphone : 02 43 39 38 38